Dans le même numéro

Les sunnites, l'Irak et l'État islamique

novembre 2014

#Divers

La montée en puissance de Da‘ech braque à nouveau les projecteurs sur l’Irak. Pour mieux comprendre les affrontements en cours, il faut revenir à la situation du pays, de l’invasion américaine à l’installation de Nouri Al-Maliki au pouvoir. Progressivement marginalisés, les sunnites se trouvent aujourd’hui dans une position charnière, dans leur rapport à l’État islamique comme au gouvernement irakien.

L’offensive djihadiste fulgurante qui s’est emparée de l’Irak depuis le 10 juin 2014 est sans précédent dans l’histoire d’un conflit pourtant marqué, depuis la chute du régime baasiste de Saddam Hussein en 2003, par des niveaux de violence extrêmes. Au regard du pourrissement de la situation intérieure ces dernières années, sur fond de conflit civil en Syrie, l’onde de choc était néanmoins tragiquement prévisible. De fait, le déchaînement de brutalité emblématique de l’État islamique n’est-il pas après tout l’enfant monstrueux d’une guerre d’Irak non refermée, et des spasmes d’une histoire plus ancienne que l’on a voulu occulter ? Au cœur de la crise se trouve notamment une question irrésolue depuis la période d’occupation étrangère et ses lendemains : celle des Arabes sunnites, écrasés sur le plan militai

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !