Dans le même numéro

De l'utilité de la tragédie pour la vie

novembre 2013

#Divers

Ricœur met en avant la manière dont la Grèce a été utilisée, notamment par les philosophes allemands, pour comprendre et donner forme à leur présent. Mais comment les Grecs eux-mêmes interprétaient-ils leur passé ? La tragédie, en faisant servir le passé à la vie, est l’une des modalités les plus puissantes de ce réinvestissement du passé par et pour le présent.

Paul Ricœur a souvent évoqué et commenté la seconde Considération intempestive de Nietzsche « De l’utilité et des inconvénients de l’histoire pour la vie ». Le privilège accordé par lui à ce texte tient d’abord à la position stratégique qu’il occupe dans le démantèlement de la grande philosophie de l’histoire hégélienne. Ainsi, dans le tome III de Temps et récit, le texte de Nietzsche est réinvesti par Ricœur dans le chapitre intitulé « Vers une herméneutique de la conscience historique », chapitre qui succède au grand développement consacré à la sortie hors de l’hégélianisme1. Comment le renoncement à la philosophie hégélienne de l’histoire – que Ricœur n’hésite pas qualifier d’« événement de pensée » – nous contraint-il à penser autrement l’histoire et le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Myriam Revault d'Allonnes

Philosophe, professeur émérité des universités à l'École pratique des hautes études, Myriam Revault d'Allonnes a notamment publié La Faiblesse du vrai. Ce que la post-vérité fait à notre monde commun (Seuil, 2018), La Crise sans fin. Essai sur l'expérience moderne du temps (Points, 2016) et Pourquoi nous n'aimons pas la démocratie (Seuil, 2010).…

Dans le même numéro

"Vers la Grèce antique", texte inédit de P. Ricoeur

La philosophie face à la tragédie

Les usages présents de l'Antiquité