Dans le même numéro

Crise écologique : vers un jardin des pays riches

novembre 2012

#Divers

Vingt ans après le sommet de Rio, qu’en est-il des négociations internationales sur l’environnement ? Force est de constater que bien peu de choses ont été faites, si bien que c’est un choix par défaut qui s’impose : faute d’investir aujourd’hui, on reporte les décisions à demain. Ce qui veut dire que nous acceptons de fait une « écologie à deux vitesses », entre les pays qui auront les moyens de limiter les dégâts de la crise environnementale, et ceux qui seront démunis face aux risques écologiques.

L’année 2012 marque le vingtième anniversaire du sommet de Rio et le vingt-cinquième du rapport Brundtland. On est à l’heure du bilan. Il faut reconnaître qu’il est pitoyable : on a tergiversé, discuté sur les mécanismes économiques de droits négociables ou de taxes, on a construit des éoliennes et des centrales nucléaires, puis à Copenhague, et à nouveau à Rio cette année, chaque pays a campé sur la défense du moindre coût. Nous proposons ici de pousser la réflexion sur ce qui va se passer si, comme jusqu’à présent, les discussions internationales sont dominées par la défense à courte vue des intérêts de chacun.

Le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Bouleau

Professeur émérite à l'École des Ponts ParisTech où il a dirigé pendant dix ans le centre de mathématiques, Nicolas Bouleau est mathématicien et philosophe des sciences. Il est notamment l'auteur de Le Mensonge de la finance (Éditions de l'Atelier, 2018), Mathématiques et risques financiers (Odile Jacob, 2009), Martingales et marchés financiers (Odile Jacob, 1998). …

Dans le même numéro

Qui peut occuper les lieux publics?

Circuler, animer, participer: les Halles, Beaubourg, la Villette

Le grand paysage comme espace commun: Rogelio Salmona et la ville de Bogota