Photo : Stephen Dawson
Dans le même numéro

Les marchés financiers et la planète

Les marchés financiers mis en place après la Seconde Guerre mondiale, mathématisés, spéculatifs et volatiles, ne rendent pas visible la rareté d’un bien sur son prix. On ne peut préserver la nature en lui donnant un prix.

L’œuvre d’Auguste Walras est centrée autour de la notion de rareté et voit l’économie comme l’expression par les prix de la relation entre la rareté des biens et les besoins : « La valeur qui paraît se régler sur l’utilité, se règle réellement sur la rareté. Ce phénomène, ainsi compris et expliqué, n’offre rien d’extraordinaire. Il rentre parfaitement dans mon principe que la valeur vient de la rareté et se proportionne sur elle[1]. » Cette idée est tout à fait compatible avec la mathématisation de l’offre et de la demande que son fils Léon Walras, ingénieur des Mines, construit en s’inspirant des outils de la mécanique rationnelle, si prestigieuse à l’époque. Mais Auguste Walras est le premier économiste à donner une importance centrale à ce qu’on appelle maintenant le signal-prix : les tendances du prix reflètent les variations d’abondance et de rareté des biens disponibles.

Petite histoire de la finance

Les théories et les institutions contemporaines de la finance ont été mises en place après la Seconde Guerre mondiale, en suivant quatre étapes fondamentales.

Après de

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Bouleau

Professeur émérite à l'École des Ponts ParisTech où il a dirigé pendant dix ans le centre de mathématiques, Nicolas Bouleau est mathématicien et philosophe des sciences. Il est notamment l'auteur de Le Mensonge de la finance (Éditions de l'Atelier, 2018), Mathématiques et risques financiers (Odile Jacob, 2009), Martingales et marchés financiers (Odile Jacob, 1998). …

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Bernard Perret, regrette que la prise de conscience de la crise écologique ait si peu d’effet encore sur la science et les réalités économiques. C’est tout notre cadre de pensée qu’il faudrait remettre en chantier, si l’on veut que l’économie devienne soutenable. À lire aussi dans ce numéro : survivre à Auschwitz, vivre avec Alzheimer, le Hirak algérien, le jeu dangereux entre l’Iran et les États-Unis et un entretien avec les réalisateurs de Pour Sama.