Caracazo, 1989 | Photo Jheremycg wikimédia
Dans le même numéro

Le Venezuela face au scandale du mal

novembre 2019

La tragédie du Venezuela s’apparente à ce que Ricœur appelle le scandale du mal. Elle est marquée par la spoliation du domaine public et des violences multiples. Mais une transition est en marche.

Depuis 2016, des médias relaient des images et des récits montrant l’ampleur de la tragédie humanitaire et sociale du Venezuela. Comme une sorte de fatalité atemporelle et insoluble, une crise, à l’origine politique et locale, se globalise et se perpétue. Comment l’accoutumance au trouble, au désarroi et à l’impuissance ne cesse-t-elle pas de défier notre compréhension du monde contemporain ?

En effet, le vertige d’informations, aussi récurrent dans la plainte qu’impuissant dans le dénouement, finit par tout relativiser. Affres, injustices et tragédies se succèdent en une litanie dont «ne pas savoir quoi ni comment» devient conclusion. Ne serait-ce déjà une raison d’invoquer la pensée de Paul Ricœur sur ce mal «qui est et ne devrait pas être, mais dont nous ne pouvons pas dire pourquoi cela est[1] » ? S’il faut «prendre la mesure de ce qui fait vraiment scandale pour la pensée et défi pour la foi», comment s’y atteler ? Comment transposer aux sciences humaines et sociales le «défi philosophique et th&eacu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Pedro José García Sánchez

Maître de conférences en sociologie à l’université de Paris-Ouest, il est l’auteur de nombreux articles sur les questions urbaines.

Dans le même numéro

Suite à la crise des Gilets jaunes, ce dossier, coordonné par Jean-Louis Schlegel et Jacques-Yves Bellay, décrit une France en archipel de bassins de vie : certains fragiles et relégués, d’autres attractifs et dynamiques. À lire aussi dans ce numéro : la révolution tunisienne, la tragédie du Venezuela et l’esprit du christianisme.