Le Penseur 1904 Auguste Rodin (1840-1917) | Photo wikimedia : Jean-Pierre Dalbéra
Dans le même numéro

De bas en haut

Combien de Français rêveraient aujourd'hui d’avoir un vrai boulot, un accès facile aux transports en commun et un logement digne de ce nom ? Tout a changé mais l’envie de se redresser, de s’émanciper, de sortir d’une vie à plat d’homme unidimensionnel n’a pas disparu. Son expression exige toutefois de reformuler les termes de l'action citoyenne et de la transformation politique.

Après plusieurs mois d’une France secouée par la crise des Gilets jaunes et plusieurs semaines de cet exercice inédit pour notre démocratie qu’a constitué le Grand débat national, il est temps de se demander quelles leçons durables tirer de ce que nous avons vécu. Curieusement, une expression de 1968 s’impose pour introduire un tel retour sur les événements ­d’aujourd’hui : «métro, boulot, dodo.» Tout a changé, pourtant ! Il y a cinquante ans, ce slogan dénonçait l’aliénation au temps cyclique, répétitif, abrutissant qu’avait observé Henri Lefebvre dans Critique de la vie quotidienne (1947). Aujourd’hui, ce qui apparaissait comme un cauchemar semble le rêve d’un paradis perdu. Combien de Français rêveraient d’avoir un vrai boulot, un accès facile aux transports en commun et un logement digne de ce nom ? Tout a changé mais l’envie de se redresser, de s’émanciper, de sortir d’une vie à plat d’homme uni­dimensionnel n’a pas vraiment disparu. Son expression exige toutefois de reformuler les termes de l’action citoyenne et de la transformation politique.

Mesurer le chemin parcouru

Boulot ? Il y a cinquante ans,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Philippe Lemoine

Entrepreneur et essayiste, il a notamment publié "Une révolution sans les Français ? Action citoyenne et transformation politique à l’âge numérique", éditions de l’Aube, mai 2018.  

Dans le même numéro

Loin d’être neutres, les entreprises technologiques de la Silicon Valley portent un véritable projet politique. Pour les auteurs de ce dossier, coordonné par Emmanuel Alloa et Jean-Baptiste Soufron, il consiste en une réinterprétation de l’idéal égalitaire, qui fait abstraction des singularités et produit de nouvelles formes d’exclusions. Ce projet favorise un capitalisme de la surveillance et son armée de travailleurs flexibles. À lire aussi dans ce numéro : perspectives, faux-semblants et idées reçues sur l’Europe, le génocide interminable des Tutsi du Rwanda et un entretien avec Joël Pommerat.