Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Sigmund via Unsplash
Dans le même numéro

Le pouvoir de révoquer les élus

octobre 2021

Le désaveu des élections ne signale pas tant un rejet de la représentation qu’une volonté de réformer ses mécanismes. Réfléchir à une procédure de révocation des élus permettrait d’interroger la marge d’indépendance qu’il est nécessaire de laisser aux dirigeants.

L’insatisfaction d’une grande partie de la population à l’égard des partis et des élections n’implique pas nécessairement un rejet de la représentation. C’est du moins ce que révèlent un certain nombre d’études interrogeant les conceptions de la démocratie par les citoyens1. Ce à quoi beaucoup aspirent, c’est à une représentation de meilleure qualité, qui soit plus en phase avec les aspirations légitimes de la population. Et parmi les sources de frustration que mettent en évidence ces études, on retrouve un sentiment assez répandu selon lequel les citoyens n’auraient pas suffisamment de contrôle sur leurs représentants2.

Outre la demande classique d’une plus grande transparence, un mécanisme de contrôle des représentants qui est pratiqué dans beaucoup de pays – notamment Pérou, certains États des États-Unis, Japon, Pologne, Colombie, Bolivie – mais peu connu en France, est la révocation, qui permet d’interrompre le mandat d’un élu avant son terme par le biais d’une collecte de signatures, puis éventuellement d’une votation populaire3.

Ce mécanisme, dont il existe une pluralité de variantes, date de la République romaine et a été notamment loué par Rousseau et Marx en leur temps. Alors que cette année marque les 150 ans de la Commune de Paris, beaucoup redécou

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Pierre-Étienne Vandamme

Chercheur en philosophie politique à l'Université de Louvain.

Dans le même numéro

La publication du rapport Duclert a réouvert le débat sur les responsabilités du gouvernement, de la diplomatie et de l’armée françaises dans le génocide des Tutsi au Rwanda. À partir d’une lecture de ce rapport, le présent dossier propose de réfléchir à ce que nous avons appris, dans les vingt-cinq ans qui nous séparent des faits, sur l’implication de la France au Rwanda. Quelles leçons peut-on tirer des événements, mais aussi de la difficulté, dans les années qui ont suivi, à s’accorder sur les faits et à faire reconnaitre la vérité historique ? Quels constats cette histoire invite-t-elle sur le partage des responsabilités entre autorités politiques et militaires, sur les difficultés inhérentes aux opérations extérieures, notamment en Afrique, et enfin sur le bilan de ces interventions, au moment où la France choisit de réduire sa présence au Sahel ? Au-delà du seul cas français, l’échec de la communauté internationale à prévenir le génocide rwandais invite en effet à repenser le cadre des interventions armées sur les théâtres de conflits et de guerres. À lire aussi dans ce numéro : l’avenir de l’Afghanistan, djihadisme et démocratie, gouverner le trottoir, à qui profite le crime ?, le retour à Rome d’Hédi Kaddour et le carnaval Belmondo.