Wikimedia | CC BY 2.0
Dans le même numéro

La gauche face au défi migratoire

Dans de nombreux pays, les gauches radicales bénéficient de la déroute sociale-démocrate, mais font souvent face au même dilemme concernant l’immigration.

Si la gauche veut maintenir son engagement historique en faveur des plus désavantagés, elle ne peut se désintéresser ni des classes populaires, en partie hostiles à l’immigration, ni de ceux qui cherchent à fuir la misère et migrent dans l’espoir d’une vie meilleure. Or, à bien des égards, ces objectifs sont en tension – et cette tension traverse les gauches dans les pays riches.

Un électorat en fuite

Cette tension se joue dans un contexte de crise de la gauche dans de nombreux pays. Les électeurs semblent avoir perdu foi dans la capacité des partis sociaux-démocrates à transformer la société. Focalisation sur la croissance et le taux d’emploi (plutôt que sa qualité), pression sur les chômeurs, concessions aux entreprises : plus grand-chose ne semble permettre de distinguer avec netteté l’identité sociale-­démocrate. Dans une situation où les États sont en compétition les uns avec les autres pour séduire les grandes entreprises et garder leurs plus grosses fortunes, la fiscalité est nivelée vers le bas, privant les gouvernements de moyens d’action, en particulier dans le contexte de l’Union européenne, la rigueur budgétaire étant inscrite dans les traités.

À ce contexte

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Pierre-Étienne Vandamme

Chercheur en philosophie politique à l'Université de Louvain.

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.