Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

À qui appartient l'électorat centriste ?

Que reste-t-il du MoDem ? Il serait sans doute rudimentaire de juger les résultats des municipales à la seule aune du faible nombre de maires ou de la défaite de François Bayrou à Pau. Les principaux enjeux, pour le parti centriste, étaient en réalité plus discrets. Il s’agissait, d’une part, de consolider son implantation locale en faisant élire des conseillers, afin de donner plus de consistance et de perspectives à une base militante encore volatile ; d’autre part, de rééquilibrer le parti en faisant émerger des responsables plus marqués à gauche ; mais aussi de s’émanciper de l’Ump, en jouant l’indépendance et, en fonction des équipes locales et des opportunités, de tenter des alliances à gauche. C’est sur l’ensemble de ces enjeux que doit être évaluée la réussite du MoDem.

Les nouveaux conseils municipaux

Avant ces élections, 60% des mairies des villes de plus de 30000 habitants ayant un maire Udf ou Ump avaient des adjoints de ces deux partis ; la séparation entre le Nouveau Centre et le MoDem n’a pas empêché ce dernier de reconduire ces alliances dès le premier tour dans des villes comme Biarritz, Bordeaux, Épinay-sur-Seine, ce qui lui permet de siéger dans la majorité. Dans ces trois villes, ce sont des équipes sortantes qui ont é

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Richard Robert

Historien des idées, il a enseigné à la Sorbonne et à Sciences Po. Il est également co-fondateur et directeur de rédaction de la revue Big Time.

Dans le même numéro

Parcours personnels à travers les mobilisations
Les sciences humaines et les mutations du savoir
Fins de cycle du roman national et blocage français