Dans le même numéro

Où est le centre ?

décembre 2014

#Divers

Les élections internes de l’Udi se sont achevées le 12 novembre 2014 dans l’indifférence générale. Si la succession de Jean-Louis Borloo a fait l’objet d’une campagne féroce, avec des coups en dessous de la ceinture, elle est surtout apparue comme une rivalité personnelle entre Hervé Morin et Jean-Christophe Lagarde, sans grands enjeux politiques. Pour autant, les résultats ne seront pas sans conséquences. Pas tant pour l’Udi que pour le reste du paysage politique.

Le rêve d’une grande coalition

Le problème du centre est resté inchangé depuis la défaite de Valéry Giscard d’Estaing en 1981. Il peut se résumer en un mot : exister. Hervé Morin reprenait récemment encore ce vœu pieu : « Nous voulons les uns et les autres une Udi indépendante, forte, capable de construire un projet politique alternatif à l’Ump et au PS. » Jean-Christophe Lagarde était sur la même longueur d’onde : « Le centre n’est pas le milieu, la moyenne, la synthèse, mais un autre chemin, une alternative pour notre pays. » Certes. Mais si François Bayrou a pu espérer s’approcher de ce rêve lors des présidentielles de 2007, un minimum de réalisme s’impose. La question réelle demeur

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !