Dans le même numéro

Bayrou et l'énigme du centre

février 2012

#Divers

Traditionnellement identifié aux notables, à des catégories sûres de leurstatut, le centre correspond aujourd’hui à une sociologie mouvante, incertainede sa position sociale et, de ce fait, politiquement plus contestataire.D’où des stratégies nouvelles, à droite comme à gauche, pour tenter deséduire cet électorat plus insaisissable.

Depuis plusieurs décennies, l’espace électoral des partis du centre représente environ 15% de la population, un chiffre qui varie en fonction des consultations mais dont la constance, sur la durée, est remarquable. Cette relative stabilité ne doit pourtant pas faire illusion, car les électeurs centristes ne constituent en rien un bloc homogène. Les catégories qui permettent de décrire cet électorat ne sont pas substantielles, mais dynamiques. Il faut se garder, en effet, de projeter les traits récurrents de la sociologie militante – les notables, le catholicisme1 – sur un électorat à la fois mobile et complexe, qui a profondément évolué depuis une quarantaine d’années et dont, contrairement à une idée répandue, la fidélité n’est pas la qualité première.

Sans doute, la création

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !