Dans le même numéro

Une alternative à la « guerre contre le terrorisme ». L'expérience italienne

L’expérience italienne

L’Italie doit juger fin octobre des agents de la Cia pour un enlèvement à Milan. Il ne s’agit pas seulement ici d’un conflit entre la justice et les services secrets mais entre deux conceptions opposées de la lutte contre le terrorisme, l’Italie ayant forgé, dans ses combats contre la Mafia et les Brigades rouges, une doctrine à la fois cohérente et efficace.

Le 25 juin 1967, des terroristes qui exigent l’annexion du Haut Adige par l’Autriche abattent quatre carabiniers. L’auteur du massacre, Peter Kienesberger, bien que condamné à perpétuité, trouve refuge en territoire autrichien. En 1979, le Service d’informations pour la sûreté militaire (Sismi) planifie son enlèvement et son extraction vers l’Italie. Une fuite devait cependant le contraindre à abandonner son plan aussitôt après l’avoir engagé. Cette opération secrète a été découverte en 1990 et les responsables du service ont été poursuivis en justice. En 1994, la Cour d’assises de Rome a jugé qu’il y avait :

une preuve manifeste de formation […] d’une bande armée […] to

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !