Dans le même numéro

Documentaire, l'échange des regards (entretien)

août/sept. 2010

#Divers

S’imposer chez des inconnus pour leur placer une caméra devant le visage est une forme de violence. Le documentaire revendique-t-il un art de regarder les autres ? Ethnologue et documentariste, Stéphane Breton conteste toute complaisance à l’exotisme ou toute volonté de construire un discours de surplomb. Il veut d’abord faire accepter sa présence et trouver une manière de tenir la caméra qui donne place à l’inattendu.

Philosophe de formation, ethnologue de terrain, Stéphane Breton a tenu une chronique dans Esprit sur la télévision. Mais l’ethnologue est un homme de plume et d’images, ce qui l’a conduit à filmer dans des terres lointaines comme dans des lieux proches et à réfléchir sur l’art de porter un regard sur les autres – proches ou lointains – avec une caméra. Responsable d’une collection de films (voir l’encadré) au musée du quai Branly, il nous propose dans l’entretien qui suit de partager des interrogations diverses qui se recoupent. La réflexion de l’anthropologue qui cherche à capter des acteurs et des visages humains partout où il passe. Mais aussi les interrogations de l’homme d’images qui s’efforce de distinguer les films qu’il réalise de la tradition des films ethnographiques, de préciser ce qu’il enten

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !