Dans le même numéro

Prisons françaises : l'architecture prend le droit de vitesse

février 2012

#Divers

En une vingtaine d’années, alors que le mal-logement redevient une question d’actualité, de nouvelles prisons se construisent, affichant des conditions de vie matérielle qui, à première vue, feraient pâlir d’envie tout sans abri. Dans la Prison républicaine (1992), Robert Badinter défendait cependant l’idée qu’il existerait une « loi d’airain » selon laquelle la prison

ne peut offrir aux détenus une condition jugée préférable à celle qu’ils connaissent dans la société des hommes libres, car ce serait la dépouiller de sa force dissuasive.

L’amélioration apparente de la condition carcérale ne masque-t-elle pas en réalité le passage d’une misère à une autre en détention, de l’indignité matérielle à une déshumanisation sociale accrue des personnes détenues ?

La modernisation des prisons et la loi d’airain

Conscientes d’être les premières victimes de cette « humiliation pour la République » (rapport sénatorial, 2000), de plus en plus de personnes détenues attaquent en justice l’État pour traitement inhumain et dégradant. Et la Cour européenne des droits de l’homme (Cedh) com

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !