Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

La Pensée, juillet-septembre 2021

janv./févr. 2022

La revue de la Fondation Gabriel Péri propose un dossier sur « Darwin anthropologue » dans lequel Patrick Tort met en garde contre la réduction de la théorie de la civilisation de Darwin au « darwinisme social » de Spencer, voire à l’eugénisme de Galton. Cette réduction a été rendue possible par la « première révolution darwinienne » (L’Origine des espèces de 1859) : avec la sélection naturelle, la science s’affranchit en effet de la théologie. Pour se prémunir de son dévoiement en une invitation à (laisser) éliminer les moins aptes, il faut considérer la « seconde révolution darwinienne » (La Filiation de l’homme de 1871) selon laquelle, chez l’homme, l’éducation morale vient se substituer à la sélection naturelle. À la suite du dossier, Bruno Karsenti relit le projet d’Althusser d’une « science sociale marxiste » dans le contexte de Mai 68 : ce projet n’est possible que si, contre Rancière et la théorie critique après lui, on reconnaît que la domination est toujours dérivée par rapport à l’exploitation, et donc que l’idéologie est « le mode de reproduction des rapports de production ».

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Dans le même numéro

Comment écrire l’histoire des marges ? Cette question traverse l’œuvre de Michel de Certeau, dans sa dimension théorique, mais aussi pratique : Certeau ne s’installe en effet dans aucune discipline, et aborde chaque domaine en transfuge, tandis que son principal objet d’étude est la façon dont un désir fait face à l’institution. À un moment où, tant historiquement que politiquement, la politique des marges semble avoir été effacée par le capitalisme mondialisé, l’essor des géants du numérique et toutes les formes de contrôle qui en résultent, il est particulièrement intéressant de se demander où sont passées les marges, comment les penser, et en quel sens leur expérience est encore possible. Ce dossier, coordonné par Guillaume Le Blanc, propose d’aborder ces questions en parcourant l’œuvre de Michel de Certeau, afin de faire voir les vertus créatrices et critiques que recèlent les marges. À lire aussi dans ce numéro : La société française s’est-elle droitisée ?, les partis-mouvements, le populisme chrétien, l’internement des Ouïghours, le pacte de Glasgow, et un tombeau pour Proust.