Notes de lecture

Dans le même numéro

Un doute infini. L’obsessionnel en 40 leçons d'Alain Abelhauser

juin 2021

Alain Abelhauser, pourtant professeur de psychopathologie, propose une approche très personnelle de celui qu’il nomme affectueusement « mon obsessionnel » et qu’il interpelle pour le mettre en garde contre son pire ennemi : lui-même. Néanmoins, la figure du « frère » et l’avatar clinique de l’auteur présupposent une structure anthropologique. Tel est l’intérêt de l’« obsessionnalité » : elle se caractérise par une façon de penser et de parler différente. Dans cette mesure, l’ouvrage d’Alain Abelhauser proteste contre la « pathologisation » de l’obsessionnel et milite pour le réintégrer dans le champ de l’humanité commune.

Semblant faire écho à Henri Maldiney qui considérait la mélancolie comme « une flexion de la condition humaine1 », Alain Abelhauser interroge l’obsessionnalité comme une énigme à même de révéler des vérités sur « le fonctionnement psychique en général » et notre condition mortelle. La névrose que Freud avait isolée &agrav

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Seuil, 2020
304 p. 21 €

Isabelle de Mecquenem

Isabelle de Mecquenem est agrégée de philosophie et enseigne depuis trente ans une discipline qui n’existe pas, la philosophie de l’éducation. Depuis 2015, elle est aussi chargée de mission sur la laïcité et la lutte contre le racisme et l’antisémitisme à l’université de Reims Champagne Ardenne. Elle a publié une synthèse sur la laïcité en 2018 aux éditions Studyrama. Elle dirige avec Céline…

Dans le même numéro

Les enquêtes de santé publique font état d’une épidémie de fatigue dans le contexte de la crise sanitaire. La santé mentale constitue-t-elle une « troisième vague » ou bien est-elle une nouvelle donne sociale ? L’hypothèse suivie dans ce dossier, coordonné par Jonathan Chalier et Alain Ehrenberg, est que la santé mentale est notre attitude collective à l’égard de la contingence, dans des sociétés où l’autonomie est devenue la condition commune. L’épidémie ne provoque pas tant notre fatigue qu’elle l’accentue. Cette dernière vient en retour révéler la société dans laquelle nous vivons – et celle dans laquelle nous souhaiterions vivre. À lire aussi dans ce numéro : archives et politique du secret, la laïcité vue de Londres, l’impossible décentralisation, Michel Leiris ou la bifurcation et Marc Ferro, un historien libre.