Flux d'actualités

Être croyant dans un monde non croyant

Réagissant à la lecture de l'ouvrage Nous ne savons plus croire, François Meunier adresse à son auteur deux objections, auxquelles Camille Riquier a bien voulu répondre, situant sa démarche dans un âge et une époque de mélancolie.

« Pourquoi ne croiriez-vous ? Parce que, dites-vous, il n’y a nulle apparence. Je vous dis que pour cette seule raison vous devez le croire en foy parfaite. Car les Sorbonnistes disent que foy est argument des choses de nulle apparence. » Rabelais, Gargantua, ch. 61.

 

On ne résume pas le beau livre de Camille Riquier, Nous ne savons plus croire2. Le plus concis des résumés serait le livre lui-même. On se limite à deux remarques. La première sur ce qu’il en est de vivre sa foi chrétienne dans un monde majoritairement sécularisé ; la seconde sur ce que Riquier appelle, pour le dénoncer, le nihilisme.

Le monde sécularisé

Les enquêtes en témoignent : la croyance religieuse s’effrite partout dans le monde, quoi qu’on ait pu dire au tournant du xxe siècle d’un retour des religions, quoi que laisse suggérer l’activisme des évangéliques ou de l’islam3. Même des pays jusqu’à peu intimement catholiques n’y échappent pas. C’est le cas en Amérique

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

François Meunier

Auteur, chroniqueur, professeur associé à ENSAE Paris Tech, il a publié récemment Comprendre et évaluer les entreprises du numérique, Eyrolles - Institut Messine, 2017.

Camille Riquier

Camille Riquier, agrégé et docteur en philosophie est maître de conférence à l’Institut catholique de Paris, ainsi que Vice-Recteur à la recherche. Il vient de publier Nous ne savons plus croire  (Desclée de Brouwer, 2020).