Notes de lecture

Dans le même numéro

Politiques de la vulnérabilité, de Marie Garrau

novembre 2018

#Divers

La vulnérabilité, notion équivoque, mérite selon Marie Garrau l’intérêt qu’elle suscite, à condition d’être employée sérieusement. Ainsi, seule une approche pluridisciplinaire, qui allie philosophie politico-morale et sociologie est à même d’en cerner les enjeux. Le point de départ de l’ouvrage est la Théorie de la justice de John Rawls. Marie Garrau en critique la conception très abstraite de la politique, aveugle aux difficultés pratiques. Le philosophe américain s’obstine à postuler une autonomie et une rationalité des acteurs que l’on peine à observer dans la réalité. Au contraire, il semble que ce soit plutôt la vulnérabilité qui caractérise les relations sociales. Marie Garrau propose de relire la société à partir de catégories nouvelles, en distinguant les «vulnérabilités fondamentales», constituées et nécessaires, des «vulnérabilités problématiques», inégalitaires et injustes, qui méritent réparation. La critique de la trop faible prise en considération du caractère relationnel de la vulnérabilit&eac

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
CNRS, 2018
2 p. 25 €

Margaux Cassan

Dans le même numéro

Si l’affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l’appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d’origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d’Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l’actualité politique et culturelle.