Notes de lecture

Dans le même numéro

Aimé Césaire de Véronique Corinus

juin 2019

Par une maîtresse de conférences de lettres, une brève présentation des «étapes du parcours politique et artistique d’Aimé Césaire», quatrième titre d’une nouvelle collection, après Hitler et De Gaulle, ce qui, en soi, est une indication de l’importance accordée désormais à Césaire (1913-2008) dans notre pays. L’angle d’attaque privilégie la politique au détriment de la littérature. Césaire fut maire de Fort-de-France pendant cinquante-six ans et député de la Martinique pendant ­quarante-­sept ans. À quelques détails près, le livre se termine pourtant abruptement en 1958, date de la création par Césaire, qui a rompu avec les communistes en 1956, du Parti progressiste martiniquais (Ppm). L’ouvrage permet une première découverte d’une personnalité complexe sinon ­contradictoire : chantre de la négritude (avec Senghor), compagnon de route des surréalistes, artisan de la départementalisation des quatre vieilles colonies de la Martinique, la Guadeloupe, la Réunion et la Guyane (en 1946), pourfendeur de la colonisation (Discours sur le colonialisme de 1950), partisan de ­l’autonomie de la Martini

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Presses universitaires de France, « Biographies », 2019
192 p. 13 €

Michel Herland

Dans le même numéro

Dans un dossier sur « Le soulèvement algérien », coordonné par Hamit Bozarslan et Lucile Schmid, Esprit salue un mouvement non violent de revendication démocratique qui vise à en terminer avec un régime autoritaire et corrompu. Le souci de dignité permet aux Algériens de renouer avec leur conscience historique. À lire aussi dans ce numéro : un entretien avec Karol Modzelewski, un hommage à Pierre Hassner et une philosophie de l’événement.