Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

La Divine Comédie de Dante

Trad. par Jacqueline Risset. Édition bilingue sous la dir. de Carlo Ossola

juin 2022

Le poète des poètes a écrit pour savoir ce que fait la langue. Il n’existe, pour le Florentin banni de sa cité, pas d’autre rapport au réel. Certes, il sait qu’il n’existe pas de poésie pure : la poésie retient seulement du monde ce que le langage en découpe. Échappant au simple effet de représentation, la sienne ouvre pour l’éternité une plongée aux abysses. Des assises se perdent, mais en ses découpes La Divine Comédie suppose qu’il demeure un irreprésentable, un non-vu que Dante fait voir pour nous sortir de la brume de l’indifférencié commun. Il ne s’agit donc pas de représenter du réel et de sortir de la duplication propre aux industrieux de la poésie. Exit Horace et son ut pictura poesis. Non seulement la poésie de Dante fait franchir des portes, mais elle plonge aussi dans des illuminations, sans rien usurper de ce qu’un tel monde engendre de monstres et de lumière.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Gallimard, 2021
1488 p. 62 €

Jean-Paul Gavard-Perret

Docteur en littérature,  poète, critique littéraire et critique d'art contemporain, il enseigne la communication à l’université de Savoie à Chambéry. Il est membre du Centre de Recherche Imaginaire et Création.

Dans le même numéro

La démocratie des communs

Les « communs », dans leur dimension théorique et pratique, sont devenus une notion incontournable pour concevoir des alternatives à l’exclusion propriétaire et étatique. Opposés à la privatisation de certaines ressources considérées comme collectives, ceux qui défendent leur emploi ne se positionnent pas pour autant en faveur d’un retour à la propriété publique, mais proposent de repenser la notion d’intérêt général sous l’angle de l’autogouvernement et de la coopération. Ce faisant, ils espèrent dépasser certaines apories relatives à la logique propriétaire (définie non plus comme le droit absolu d’une personne sur une chose, mais comme un faisceau de droits), et concevoir des formes de démocratisation de l’économie. Le dossier de ce numéro, coordonné par Édouard Jourdain, tâchera de montrer qu’une approche par les communs de la démocratie serait susceptible d’en renouveler à la fois la théorie et la pratique, en dépassant les clivages traditionnels du public et du privé, ou de l’État et de la société.