Notes de lecture

Dans le même numéro

Théorie de la justice spatiale de Jacques Lévy, Jean-Nicolas Fauchille et Ana Póvoas

Notre temps semble être celui de la révolte contre l’injustice. Notre-Dame-des-Landes, les Insoumis et désormais les Gilets jaunes dessinent un panorama de revendications politiques dans un pays où le poids des prestations sociales avoisine les 32 % du produit national brut. La distorsion entre les moyens mis au service de l’égalité et la perception des habitants, étayée par certains indicateurs économiques, doit nous interroger. Certes, le sentiment de l’appauvrissement du pays, renforcé par le creusement de l’écart de fortunes et de salaires entre les plus riches et les plus pauvres, explique en partie le phénomène. Qu’il s’agisse de protestations contre des conditions de vie jugées indignes ou d’une représentation de la société dénoncée comme trop inégalitaire, on notera toutefois les signes d’une évolution profonde des mentalités. Comme il a été maintes fois relevé, il y a désormais une contradiction dans les revendications, lesquelles portent à la fois sur une augmentation des prestations sociales et une baisse des taxes et prélèvements. La politique sociale ne permet pas de répondre aux besoins d’une partie des citoyens dont les attentes ont évolué. La prise en compte des dimensions spatiale e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Nahum

Nicolas Nahum est architecte et urbaniste, diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris Belleville.

Dans le même numéro

Suite à la crise des Gilets jaunes, ce dossier, coordonné par Jean-Louis Schlegel et Jacques-Yves Bellay, décrit une France en archipel de bassins de vie : certains fragiles et relégués, d’autres attractifs et dynamiques. À lire aussi dans ce numéro : la révolution tunisienne, la tragédie du Venezuela et l’esprit du christianisme.