Notes de lecture

Dans le même numéro

Mon frère, Jack Kerouac, d'Adrien Le Bihan

janv./févr. 2019

#Divers

L’érudition est subtilement distillée au point de disparaître derrière une écriture personnelle non dénuée de facéties, ainsi le sérieux de l’étude est-il dissimulé sous la réjouissance des propos. L’auteur, adepte du gai savoir, comme il l’a prouvé dans Rue André Gide (Cherche Bruit, 2003) ou James Joyce travesti par trois clercs parisiens (Cherche Bruit, 2011), mène une enquête qui entremêle l’autobiographie à la biographie de Jack Kerouac (1922-1969). En effet, ce dernier se prétend breton et vient même en France pour traquer ses ancêtres, les Le Brice de Kerouac. Ses parents sont des Québécois ayant migré aux États-Unis, son père est imprimeur, et le jeune Jack parle d’abord joual, puis anglais, langue dans laquelle il va écrire son œuvre, excepté un manuscrit de jeunesse rédigé en français. Bien que marseillais – son père travaille sur les paquebots –, Adrien Le Bihan est d’origine bretonne, peut-être est-il apparenté aux Kerouac ? Aussi cherche-t-il les vraisemblables interférences entre sa lignée et celle de l’auteur de Sur la route. Cela nous vaut un double récit se lisant comme une quête d’id

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Le temps qu'il fait, 2018
144 p. 16 €

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,...

Dans le même numéro

Largement sous-estimée, l’œuvre de Claude Lefort porte pourtant une exigence de démocratie radicale, considère le totalitarisme comme une possibilité permanente de la modernité et élabore une politique de droits de l’homme social. Selon Justine Lacroix et Michaël Fœssel, qui coordonnent le dossier, ces aspects permettent de penser les inquiétudes démocratiques contemporaines. À lire aussi dans ce numéro : un droit à la vérité dans les sorties de conflit, Paul Virilio et l’architecture après le bunker, la religion civile en Chine, les voyages de Sergio Pitol, l’écologie de Debra Granik et le temps de l’exil selon Rithy Panh.