Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : CoWomen via Unsplash
Dans le même numéro

Vous avez dit « tiers-lieu » ?

novembre 2021

Les espaces de coworking qui se multiplient en France incarnent-ils de nouvelles formes de « tiers-lieu » ? Zones neutres facilitant la mise en contact pour certains, symptômes de la liquéfaction du marché du travail pour d’autres, ils imposent des logiques économiques qui peuvent exclure les plus fragiles.

« Coworking », « fab’lab », « jardin partagé », « habitat autogéré », « atelier populaire », « boutique associative », etc. : partout se multiplient en France, aussi bien en ville que dans les villages, des endroits où l’on peut entreprendre avec d’autres des activités marchandes ou non.

De quoi s’agit-il ? De « tiers-lieux ». L’expression figure sous la plume du sociologue américain Ray Oldenburg dans son ouvrage The Great Good Place1. Pour lui, l’Américain des suburbs ne connaît que son logement – le premier lieu – et son bureau, l’usine ou la boutique – le second lieu. Il lui manque, pour sa socialisation ordinaire, un troisième lieu où il rencontre d’autres personnes et constitue avec elles une communauté momentanée, incomplète, qui esquisse une relation civique, appelée ou non à perdurer. Ces lieux sont des cafés, des salons de coiffure, des bibliothèques et des librairies, des jardins partagés, des ateliers de réparation, des ressourceries, des friches d’artistes, des maisons de service au public, etc. Bref, ce sont des lieux où, en plus de leur fonction habituelle, se déroulent des rencontres spontanées, imprévues et agréables.

Déjà au xviiie siècle, des personnes se rencontraient dans des cafés, des clubs, des salons, des sociétés savantes, des académies régionales, y refaisaient le monde et élaboraient les idéaux ré

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

L’essor sans précédent d’Internet et des nouvelles technologies de l’information a transformé en profondeur le rapport des citoyens à la participation civique. Si elle a permis des progrès incontestables, cette révolution numérique pose également des défis pour la préservation du débat en démocratie. Le bouleversement introduit par le numérique dans la délibération publique semble en effet remettre en cause les exigences traditionnellement associées au débat démocratique, comme l’égalité d’accès, le contrôle public des instances de modération, la fiabilité de l’information ou le pluralisme des courants d’expression. Quelles stratégies adopter pour faire face aux dérives qui touchent aujourd’hui le débat sur Internet ? Le dossier, coordonné par Romain Badouard et Charles Girard, examine la propagation des fausses nouvelles, la mobilisation de nouveaux publics, les pouvoirs de régulations privés et la déstabilisation des cadres juridiques. À lire aussi dans ce numéro : le naufrage moral de l’Église, qui sont les talibans ?, gouverner la pandémie et une rencontre avec Pierre Bergounioux.