Notes de lecture

Dans le même numéro

Platon de Bernard Fauconnier

juil./août 2019

#Divers

Voici une biographie très agréable à lire, et bien documentée, du philo­sophe occidental par excellence : Platon. Il est vrai qu’il bénéficie de la transmission de son œuvre quasi complète, alors que celles de Parménide, d’Héraclite, d’Empédocle, pour ne citer que ces trois philosophes, ne sont que fragmentaires. Rassemblant les données disponibles pour les confronter, Bernard Fauconnier relate ce qui est vraisemblable et aussi ce qui demeure mystérieux dans la vie même du philosophe – trop souvent enjolivée : ne prétend-on pas qu’il est le fils d’Apollon ? «L’œuvre de Platon, écrit-il, est née de cette double blessure: la mort de Socrate et la situation de sa cité, Athènes, vaincue par Sparte, soumise à un gouvernement inique, et dont les malheurs, selon lui, trouvent leur source dans une pratique déraisonnable et illusoire de la démocratie.» Platon est l’auteur d’une œuvre littéraire qui traite de philosophie, c’est-à-dire qui interroge tout ce qui participe à la vie de chacun. Fils de bonne famille, fortunée et liée au pouvoir de la Cité, Platon (ce sobriquet lui est donné par un profe

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Gallimard, 2019
272 p. 9 €

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?