Notes de lecture

Dans le même numéro

Cornelius Castoriadis. Du chaos naît la création de Nicolas Poirier

Disparu en 1997, Castoriadis demeure aujourd’hui une référence incontournable dans le champ de la philosophie politique, en particulier dans la galaxie des penseurs de gauche. Cependant, ancrée qu’elle est à bien des égards dans les débats qui ont agité le marxisme dans les décennies de l’après-guerre, son œuvre foisonnante demeure quelque peu difficile d’accès. Plutôt qu’une exégèse systématique, Nicolas Poirier propose ici un ouvrage introductif et didactique, organisé en plusieurs thématiques, ordonnées elles-mêmes de manière chronologique, ce qui permet de les relier aux principales périodes de l’élaboration de cette œuvre, et de les repérer au sein du parcours biographique de son auteur. La première est marquée par la lutte contre le nazisme et le stalinisme qui (bien plutôt que l’exil) apparaît comme la véritable matrice des engagements ultérieurs d’un penseur caractérisé avant tout par une grande indépendance d’esprit. La période militante de Socialisme ou barbarie, jusqu’à la fin des années 1960, voit l’élaboration d’une relecture acérée de Marx, articulée à une théorie originale de la figure du &la

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Thomas Boccon-Gibod

Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, Thomas Boccon-Gibod est professeur agrégé de philosophie, spécialisé sur la philosophie de l’action, la théorie des institutions publiques, les théories de la régulation et le républicanisme. Il a publié un essai sur l’œuvre de Michel Foucault, intitulé Michel Foucault : dire la vérité, Scéren-CNDP, 2013.…

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.