© Arte
Flux d'actualités

Kim Kong, le dictateur nord-coréen vu par Arte

août 2018

#Divers

Rien n’est pour déplaire à la dynastie Kim dans cette série, qui reste sur une ligne anti-communiste « soft » avec des relents colonialistes.

La série Kim Kong (Stephen Cafiéro, 2017) de la chaîne franco-allemande Arte a été diffusée à un moment charnière des tensions avec la dictature nord-coréenne et le reste du monde, mais juste avant un tournant important de ces mêmes relations. L’Etat totalitaire nord-coréen de Kim Jong-un semble décidé à faire sien le slogan « un pays, deux systèmes » du défunt leader chinois Deng Xiao Ping, donc d’une économie marchande tenue par une bureaucratie à la poigne de fer, et les Etats-Unis de Donald Trump, en se rapprochant de Kim Jong-un, confirment l’évolution inverse des démocraties marchandes vers des régimes à l’état d’urgence permanent et à la supervision militaro-policière amplifiée.

Le film hollywoodien The Interview (Seth Rogen et Evan Goldberg, 2014) finissait par une sorte d’embryon de révolution à venir des Coréens par les Coréens suscitée plus ou moins volontairement par les deux comiques américains venus réaliser un scoop en interviewant le dictateur. Kim Kong raconte l’enlèvement d’un réalisateur français pour tourner des films pour un dictateur asiatique cinéphile et se termine sur une non-ré

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !