Flux d'actualités

Retour sur le naufrage du Sewol

avril 2018

#Divers

Les naufragés du Sewol ont coulé un gouvernement, mais pas un système de gouvernement, tant du point de vue du pouvoir ni de celui du cinéma documentaire.

Un mois après la condamnation à vingt-quatre ans de prison de l’ancienne présidente destituée et deux semaines avant des discussions historiques pour une paix définitive entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, sort un documentaire sur la tragédie du ferry Sewol. Le naufrage vit la mort de près de trois cents lycéens et constitua le détonateur du grand mouvement populaire qui fit vaciller les autorités politiques et économiques du Sud et mit en place un gouvernement aujourd’hui favorable au rapprochement avec le Nord. Deux ans après la « révolution des bougies » de l’hiver 2016, que dit ce documentaire qui a déjà attiré près d’un demi-million de spectateurs dans les salles sud-coréennes ?

Le film Intention (Ce jour-là, la mer en coréen) se compose d’entretiens, de vidéos-photos du naufrage et de reconstitutions sous forme de dessins animés ou de graphiques informatiques. Quelques survivants et témoins du drame parlent face à la caméra dans une tenue qui rappelle le naufrage, comme un gilet de sauvetage ou un gros parka polaire. Cet effet de mise en scène tente de pallier un manque notoire d’images originales qui finit par produire une certaine distance vis-à-vis du sujet. La

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !