Peintures rupestres dans la région de Tadrart Acacus en Libye ©Tomer/Wikipedia
Flux d'actualités

Richard C. Lewontin : un généticien contre le déterminisme génétique

Richard C. Lewontin posa les jalons de l’actuelle théorie biomoléculaire de l’évolution et s’opposa à l’instrumentalisation de la génétique à des fins idéologiques.

 

« Le prix de la métaphore est une éternelle vigilance1. »

Généticien d’un grand renom, puisqu’il est l’un des co-fondateurs de la théorie moléculaire de l’évolution, Richard Charles Lewontin (1929-2021) fut aussi un citoyen engagé qui s’opposa frontalement au déterminisme génétique.

Après une licence en biologie du Harvard College et une maîtrise en statistiques à Columbia University, Lewontin soutient sa thèse sur la génétique de la drosophile en 1954 sous la direction de Theodosius Dobszhansky, auteur de la première synthèse moderne sur la théorie de l’évolution, Genetics and the Origin of Species, publiée en 1937. Après différentes positions académiques dans les universités de Caroline du Nord, de Rochester et de Chicago, Lewontin est nommé en 1973 professeur de biologie à l’université de Harvard, titulaire de la chaire Alexander Agassiz, qu’il occupera jusqu’à sa retraite en 2003.

En génétique des populations, il fut le premier chercheur à simuler le comportement d’un locus génétique (une position fixe d'un gène sur un chromosome) et, travaillant avec Ken-Ichi Kojima sur le lien génétique entre séquences voisines, il établit, en 1960, les formules de calcul des fréquences d’un haplotype (groupe d'allèles de différents loci situés sur un même chromosome et transmis ensemble) avec deux loci en interaction résultant de la sélection naturelle

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Dominique Desbois

Ingénieur d'études à l'Inra, en charge du programme PAUSE pour l'accueil des scientifiques exilés à la CFDT-Inra.