Matisse, L'Atelier rouge, 1911
Flux d'actualités

Matisse Métamorphoses

avril 2020

Moins familière que sa peinture, la sculpture de Matisse convoque de manière imprévue les animaux privés de contact que nous sommes en ce moment.

Une force vitale irradie les quatre grands Nus bleus de Matisse. Découpées dans la couleur, leurs surfaces respirent sur la blancheur du papier. Dans l’exposition Matisse Métamorphoses (Musée Matisse, Nice, jusqu’au 4 mai 2020), quelques Nus assis modelés dès 1908 rayonnent aux côtés de l’un de ces Nus bleus, bien plus tardif (1952). Heureux dépositaire de cinquante-huit de ces œuvres en volume, le musée Matisse de Nice a bien sûr confiné l’événement qui leur était enfin dédié. Nettement moins familière que sa peinture, la sculpture de Matisse convoque de manière imprévue les animaux privés de contact que nous sommes en ce moment. Son enjeu est formel : toucher, caresser, palper, contracter, étirer un corps, ne sont pas seulement des expériences physiques extérieures, mais expriment d’abord une dynamique interne et profonde. La sensorialité propre à ces œuvres éclaire un autre Matisse et refonde la notion du contact physique. Comment y accéder depuis nos fenêtres d’isolement ?

L’ancrage de la sculpture dans la création de Matisse est précoce, dès sa formation aux Beaux-Arts et dans l’atelier de Bourdelle. Grand admirateur de Rodin, son aî

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM Art & Management.…