Flux d'actualités

À quel engagement la tolérance peut-elle conduire ?

Entretien avec Fernando Savater

septembre 2007

#Divers

Cet entretien est paru initialement dans un supplément à la revue Esprit de novembre 2001.

Fernando Savater, professeur de philosophie à l’université Complutense de Madrid, a écrit de nombreux ouvrages parmi lesquels Penser sa vie, Paris, Le Seuil, 2000; Dictionnaire philosophique, Paris, Le Seuil, 1999; Éthique à l’usage de mon fils, Paris, Le Seuil, 1994-1998. Il a reçu en décembre 2000, au nom de l’initiative citoyenne d’opposition à l’action armée de l’Eta, Basta Ya, le prix Sakharov des droits de l’homme et de la liberté d’expression, décerné par le Parlement européen
La tolérance est-elle la vertu par excellence de la démocratie ? Ne peut-elle pas, en l’absence de vérités partagées, dégénérer en indifférence?

Fernando Savater La tolérance est une norme pour vivre en démocratie. Mais il faut savoir que la démocratie n’est pas un régime de tout repos. Face aux régimes traditionnels, plus homogènes et plus hiérarchisés, où amis et ennemis sont clairement identifiés, où l’on sait qui croire et ce qu’il faut croire, la démocratie est un régime où il est «fatigant» de vivre. La tolérance, c’est admettre qu’il faut vivre avec des choses qu’on déteste: la religion de l’autre par exemple, son érotisme, ses habitudes… Même s’il y a conflit, on doit respecter ce contrat. Tolérer, c’est refuser d’exclure l’autre pour ses idées ou sa religion. Mais la tolérance ne peut se confondre avec l’indifférence. J’ai mes propres critères de jugement. Je peux discuter, dire que certaines opinions ou conduites me semblent mauvaise
Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Isabelle Albaret

Diplômée d'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris, Isabelle Albaret intervient auprès d'institutions privées et publiques, de think tanks et fondations internationales en tant que conseillère éditoriale. Elle a récemment participé à l'édition, pour la partie dictionnaire, de l'ouvrage collectif Jérusalem (Robert Laffont, coll. "Bouquins", 2018).…

Marc-Olivier Padis

Directeur de la rédaction d'Esprit de 2013 à 2016, après avoir été successivement secrétaire de rédaction (1993-1999) puis rédacteur en chef de la revue (2000-2013). Ses études de Lettres l'ont rapidement conduit à s'intéresser au rapport des écrivains français au journalisme politique, en particulier pendant la Révolution française. La réflexion sur l'écriture et la prise de parole publique, sur…