Flux d'actualités

Dans le même numéro

Après le bunker. Paul Virilio (1932-2018)

janv./févr. 2019

#Divers

Avec le bunker, Paul Virilio découvre les transformations architecturales apportées par la guerre et la nécessité d’une économie politique de la vitesse. Son œuvre, marquée par la promotion de la fonction oblique et une réflexion sur la transparence, aura cherché à dénaturaliser le bunker.

En 1979, Paul Virilio a fondé, avec le géo-politologue Alain Joxe, le Centre interdisciplinaire de recherche de la paix et d’études stratégiques à la Maison des sciences de l’homme à Paris. Et, un peu plus haut sur le boulevard Raspail, il avait endossé quelques années plus tôt, en 1975, la direction générale de l’École spéciale d’architecture (Esa). La même année, il avait organisé l’exposition Bunker archéologie au Musée des arts décoratifs à la demande de François Mathey. Ceci un an tout juste après avoir lancé aux éditions Galilée sa collection « L’Espace critique » avec la parution, en 1974, du célèbre Espèces d’espaces de son ami Georges Perec explorant l’infra-ordinaire. Le champ est balisé. «Certains ont été marxistes, moi, j’ai été gestaltiste », résumera-t-il d’un trait[1]. La perception, l’espace et la technique : Virilio aura fait de la politique autrement.

Bunker

Peut-être l’a-t-on oublié, mais l’un des auteurs de l’attentat suicide contre les tours du World Trade Center était architecte

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Violeau

Jean-Louis Violeau est sociologue, professeur à l’ENSA de Nantes et enseignant à l’école urbaine de Sciences-po Paris. Il s'est entretenu avec Paul Virilio dans Littoral, la dernière frontière (Sens & Tonka, 2013).

Dans le même numéro

Largement sous-estimée, l’œuvre de Claude Lefort porte pourtant une exigence de démocratie radicale, considère le totalitarisme comme une possibilité permanente de la modernité et élabore une politique de droits de l’homme social. Selon Justine Lacroix et Michaël Fœssel, qui coordonnent le dossier, ces aspects permettent de penser les inquiétudes démocratiques contemporaines. À lire aussi dans ce numéro : un droit à la vérité dans les sorties de conflit, Paul Virilio et l’architecture après le bunker, la religion civile en Chine, les voyages de Sergio Pitol, l’écologie de Debra Granik et le temps de l’exil selon Rithy Panh.