Dans le même numéro

Position – Une tour peut-elle être transparente ?

janvier 2015

#Divers

La tour Triangle biaise parce qu’elle empêche de poser correctement la question de la hauteur. La surélévation des bâtiments existants la poserait, à notre sens, autrement et surtout plus finement. La tour biaise parce qu’elle appelle trop souvent la dalle qui l’accompagne à son pied. À Paris surtout, on a trop rarement montré que l’on savait faire autrement, alors qu’à New York le rez-de-chaussée donne directement sur la rue et son trottoir, et non sur un sol artificiel, dénudé et généralement surélevé. Une tour « à la française » entraîne inévitablement une question : au pied, ça se passe comment ? Mal, en général. Enfin, nous verrons bien... Trop tard, peut-être. La tour transparente n’a jusqu’ici montré d’elle dans la presse que quelques images de synthèse – nonobstant l’exposition, très complète il est vrai, qui se tient cet hiver au Pavillon de l’Arsenal.

La tour Triangle biaise en refusant, selon son concepteur Jacques Herzog auquel le projet fut confié de gré à gré, de s’assumer comme telle, bref comme une tour de 180 mètres de haut. Lorsque le projet fut présenté il y a plus de six ans déjà, certains l’ont dite contextuelle parce qu’elle était triangulaire. Il ne nous a pas semblé que la porte de Versaill

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !