Photo : Martin Sanchez
Flux d'actualités

Distanciation internationale

novembre 2020

La pandémie de Covid-19 révèle, autant qu'elle accélère, la reconfiguration du système international. Elle confirme les trajectoires récentes des grandes puissances et précipite les lignes de partage du monde de demain.

 À chaque pandémie, les hommes redécouvrent leur vulnérabilité – et leur arrogance – face à la nature. Les risques étaient bien connus des experts et des politiques. Pourtant, nous sommes toujours aussi peu préparés à y faire face. Tout le monde se croit un peu exceptionnel et les États sont comme les hommes, prétentieux mais fragiles. La pandémie est par nature globale, mais l’élément endurant de la décision, de l’action et de la responsabilité resta le cadre national. L’État n’est pas mort, le territoire a encore un sens, les frontières traduisent toujours les limites tangibles de la protection, de la défense et de la souveraineté. Mais ce retour du national fragilise la scène internationale.

Repli et solidarité

Avec la crise, la densité des échanges économiques s’est considérablement réduite. Les États ont redécouvert leurs dépendances et leurs vulnérabilités inhérentes à une économie globalisée. Certains cèderont aux tentations du repli sur soi, – rapatriement des chaînes de production, contingentement des marchés, fermeture des frontières – d’autres continueront à investir d

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !