Image par Jeyaratnam Caniceus de Pixabay
Dans le même numéro

La démocratie à l’épreuve de l’épidémie

Comment les démocraties contemporaines résistent-elles à la crise sanitaire ? Onze chercheurs et chercheuses ont tâché de faire le point sur cette question, en s'interrogeant sur ce qui faisait la valeur du régime démocratique face à la prétendue efficacité des gouvernements autoritaires.

L’épidémie de Covid-19 a constitué l’occasion, pour les critiques de la démocratie, de dénoncer la faiblesse de la gestion de la crise sanitaire par les régimes démocratiques et de louer l’efficacité des régimes autoritaires. L’enquête qui suit vise à identifier, au niveau conceptuel comme du point de vue des pratiques, ce qui fait la force des démocraties, et qui est distinct de la prétendue « efficacité » autoritaire. La crise sanitaire met en effet les régimes démocratiques à l’épreuve, en attaquant certains de leurs principes constitutifs, mais aussi en révélant leurs difficultés, liées à la persistance de certaines inégalités, et leurs ressources de réflexion et de critique collectives. Qu’est-ce que l’épidémie fait aux démocraties ? Et qu’est-ce que l’épidémie révèle des démocraties ? Nous avons interrogé divers chercheuses et chercheurs qui ont accepté de présenter les effets de la police sanitaire sur les libertés fondamentales, quelques expériences internationales et les enjeux de la démocratie sanitaire.

La police sanitaire

Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère, qui enseignent la

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Didier Fassin

Anthropologue, sociologue et médecin français. Il est professeur de sciences sociales à l'Institute for Advanced Study de Princeton et directeur d’études à l'École des hautes études en sciences sociales.

Nicolas Henckes

Henckes Nicolas est sociologue et chargé de recherche CNRS. Ses travaux portent essentiellement sur les transformations du système psychiatrique français depuis l’après guerre.

Raphaël Kempf

Raphaël Kempf est avocat pénaliste au barreau de Paris, Il a publié en 2020 Ennemis d’Etat. Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes (éd. La Fabrique).

Justine Lacroix

Justine Lacroix est professeure de science politique à l'Université libre de Bruxelles où elle dirige le centre de théorie politique. Elle est notamment l'auteure de La pensée française à l'épreuve de l'Europe (Grasset, 2008) et, avec Jean-Yves Pranchère de Le procès des droits de l'Homme (Seuil, 2016).…

Nicolas Léger

Professeur de lettres et de philosophie au lycée Victor-Hugo de Florence, il a récemment publié « Soumission, ou l'épuisement de tout » (Esprit, novembre 2018).

Jean-Claude Monod

Philosophe, il s'intéresse en particulier aux rapports entre politique et religion, ainsi qu'à l'articulation entre démocratie et pouvoir, notamment dans l'interrogation qui est au coeur de son livre, Qu'est-ce qu'un chef en démocratie? Politiques du charisme (Paris, Seuil, 2012).

Florence Padovani

Directrice du Centre franco-chinois depuis novembre 2018, Florence Padovani est chercheuse au Centre d’Études Français sur la Chine contemporaine et maître de conférences à l'Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Jean-Yves Pranchère

Ancien élève de l'École Normale Supérieure, Jean-Yves Pranchère est membre du Centre de Théorie Politique de l'Université libre de Bruxelles, où il enseigne. Il est l'auteur de Le Procès des droits de l'Homme (Seuil, 2016) avec Justine Lacroix.

Livia Velpry

Livia Velpry est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Paris 8-Saint Denis et membre du Cermes3. Ses recherches portent sur l’expérience sociale des troubles mentaux graves et du handicap, ainsi que sur la façon dont la violence et les troubles du comportement reconfigurent les pratiques de soin et d'accompagnement en santé mentale. Elle a récemment codirigé l'ouvrage Contrainte et

Pierre A. Vidal-Naquet

Sociologue, chercheur associé au Centre Max Weber, il travaille sur l’évolution des politiques sociales et médico-sociales. Il analyse en particulier les modalités de prise en compte de la vulnérabilité dans les relations d’aide et de soin.

Laurent Vogel

Chercheur à l’Université libre de Bruxelles et membre de l’Institut syndical européen, Laurent Vogel s'intéresse à la question de la santé au travail au sein de l'Union européenne.

Dans le même numéro

La crise sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19 donne de la vigueur aux critiques de la démocratie. Alors que certains déplorent l’inertie de la loi et que d’autres remettent en cause les revendications sociales, le dossier, coordonné par Michaël Fœssel, répond en défendant la coopération, la confiance et la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les régimes d’historicité, le dernier respirateur, le populisme américain et l’œuvre de Patrick Modiano.