Photo : Samuel Austin
Flux d'actualités

Notre anxiété

Attentats terroristes sur fond d’épidémie

Avec le confinement décidé le 28 octobre et le crime de Nice le 29 octobre, deux sphères d’émotions collectives, normalement disjointes, se sont croisées. Deux ennemis trop hétérogènes se dressent devant nous en même temps, dans un grand écart sémiologique entre le virus comme forme d’anxiété d’époque, et la violence obscène et rétrograde du tueur fanatisé.

Ce matin du jeudi 29 octobre, pendant le discours à l’Assemblée nationale du Premier ministre sur le second confinement français décidé la veille contre le rebond inquiétant de l’épidémie en cours, la violence sanglante terroriste a frappé et assassiné trois personnes à Nice, ravivant la blessure liée au meurtre sauvage de l’enseignant Samuel Paty, commis treize jours avant. Les deux registres d’émotion collective, celui lié à la dangerosité d’un virus ennemi, sournois et invasif, qui a changé progressivement toute l’atmosphère mondiale depuis janvier dernier, et celui produit par des attentats terroristes meurtriers qui se produisent à la vitesse du geste de planter un couteau dans un corps humain et bouleversent la nation toute entière pendant quelques semaines, semblaient relever de deux lignes de temporalités discordantes et clivées, qui se sont croisées ce jeudi matin.

Chacune de ces deux sphères d’émotion collective est assez grave pour envahir l’horizon qu’elle dessine, mais ce sont deux horizons qui apparaissent dans le paysage de notre présent, deux toiles de fond divergentes dans un même tableau… Si le virus planétaire pose la question d’un avenir global inquiétant, les assassinats atroces ra

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Véronique Nahoum-Grappe

Véronique Nahoum-Grappe est anthropologue et ethnologue. Elle a travaillé sur la violence, les rapports entre les sexes, la dépendance (notamment l'alcool, voir son livre Vertiges de l'ivresse. Alcool et lien social, Descartes et Cie, 2010). Tout en s'intéressant aux lieux de violence et de privation de liberté (camps de réfugiés en ex-Yougoslavie, prisons...), elle ausculte également les petits…