Flux d'actualités

L’apaisement des morts

À propos de Vers l’autre rive de Kiyoshi Kurosawa (2015)

octobre 2015

#Divers

L’expérience de la mort d’un proche est celle d’une rupture brutale, rupture que l’on essaie de surmonter avec l’aide, toujours infirme, de traces ou d’objets laissés par la personne disparue.

Le film Vers l’autre rive de Kyoshi Kurosawa va tout à l’encontre de cette perception de rupture, en instaurant échanges et fluidités entre les vivants et les morts. Ainsi, trois ans après son suicide, Yuzuke revient-il retrouver son épouse Mizuki dans l’appartement qui fut le leur au sein d’une ville japonaise. Il l’emmène ensuite en voyage dans trois lieux différents qu’il a traversés dans sa pérégrination débutée après sa mort : chez un vieux distributeur de journaux, chez un couple de restaurateurs, enfin chez un père et sa belle-fille habitant dans une vallée dédiée à la riziculture.

La présence des morts parmi les vivants prend dans ce long métrage différentes figures : les morts sans crier gare peuvent revenir dans le monde des vivants comme Yuzuke, mais aussi, plus tard, la petite sœur de la restauratrice, le mari de Kairu, la veuve des rizières, ou encore le père de Mizuki ; des morts, que l’on croit vivants, voisinent aussi avec nous durablement au sein de la société

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !