Album de la révolution cubaine (Revista cinegrafico, vers 1959)
Flux d'actualités

Cuba, l’île en mille morceaux

juillet 2021

L’explosion politique et sociale de juillet 2021 révèle que le peuple cubain est introuvable, et loin d’être uni : plus que polarisé, il est éclaté, fragmenté, en mille morceaux.

En tant que fille d’exilés cubains, on m’a souvent demandé, pendant les innombrables conversations sur le destin politique de l’île : « Mais pourquoi les Cubains ne se révoltent-ils pas ? Pourquoi ne descendent-ils pas dans la rue ? » Après tout, si le sort des citoyens était si désastreux, pourquoi de si longues décennies sans aucune démonstration publique de mécontentement ? J’ai souvent répondu que la peur était le propre des régimes totalitaires et que le régime castriste était parvenu à instaurer un mode de fonctionnement bien particulier : les États-Unis et leur embargo comme ennemis parfaits aux yeux d’une partie de l’opinion internationale, une économie de la mendicité qui permet à l’île de vivre à crédit ou en échange de services médicaux auprès des « Amis de Cuba » et, enfin, un contrôle social inspiré des pires heures de l’URSS. Le prétendu « système D », qui fait l’enchantement des touristes amusés, est en réalité un aménagement de chaque instant entre citoyens et régime : des esquives, des contournements de la ligne révolutionnaire. Dès qu’on la dépasse, ça coince. Qu’on soit homosexuel en 1965, « déviant ou racaille » en 1980, journaliste « mercenaire » à la solde des États-Unis en 2003 ou « faux artiste dissident payé par le Nord » en 2020, le castrisme désigne ses ennemis comme non conformes, contre-révolutionnaires et les élimine en les expulsant ou en les emprisonnant, bénéficiant parfois de la faveur de certains en les faisant passer pour des « pro-améri

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Romy Sánchez

Chargée de recherche au CNRS rattachée à l’Institut de recherches historiques du Septentrion de l’université de Lille, Romy Sánchez est spécialiste de l'espace caribéen au XIXe siècle. Elle a dirigé, avec Delphine Diaz, Jeanne Moisand et Juan Luis Simal, Exils entre les deux mondes. Migrations et espaces politiques atlantiques au XIXe siècle (Les Perséides, 2015).…