Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Bombardement russe à la périphérie de Kharkiv, 1er mars 2022. Via Wikimédia
Bombardement russe à la périphérie de Kharkiv, 1er mars 2022. Via Wikimédia
Flux d'actualités

Sans que la nuit remue. Quatre mois de guerre en Ukraine

Après la stupeur, une normalisation de l’horrible pourrait servir la propagande de l’agresseur en faveur d’un compromis. Mais, en Europe, un accord est acquis sur le sens de l’histoire en cours, la dissymétrie entre agresseur et agressés, ainsi que sur les responsabilités des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

Il y a des mécanismes psycho-sociologiques qu’il ne faudrait pas juger avant de les avoir décrits1. Celui qui m’intéresse ici est lié au simple écoulement du temps : il semble difficile de tenir dans le temps l’intensité d’un bouleversement de la conscience collective, lorsqu’un contexte tragique vient mettre en désordre le cours ordinaire des choses. Parfois, le « présent », ce don gratuit encore ce matin, hotte ouverte dans le dos du jour, offre son imprévu effroyable, qui change tout. Alors, pendant le temps variable et discontinu de cette tempête sémiologique appelée par facilité « émotion », il se produit dans notre espace collectif de pensées comme une irruption de nouvelles phrases, de nouvelles évidences.

Un drôle de silence

Lors du premier confinement, il y a plus de deux ans, la menace mondiale d’une pandémie nouvelle nous avait un temps stupéfié : comme après un violent coup de frein, un drôle de silence dû au suspens du bruit du monde social réel a enveloppé un temps une forme de vie sociale différente, où le « chacun chez soi » saturait un espace privé sur-habité, autour d’une place publique désertée… Souvenons-nous de la prise de conscience collective de la valeur de résistance courageuse des métiers derniers de cordée, premiers sur le front d’une résistance quotidienne pour l

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Véronique Nahoum-Grappe

Véronique Nahoum-Grappe est anthropologue et ethnologue. Elle a travaillé sur la violence, les rapports entre les sexes, la dépendance (voir notamment Vertiges de l'ivresse. Alcool et lien social, Descartes et Cie, 2010 ; Du rêve de vengeance à la haine politique, Desclée de Brouwer, 1999). Tout en s'intéressant aux lieux de violence et de privation de liberté (camps de réfugiés en ex-Yougoslavie,…