Dans le même numéro

Pourquoi punir les discours de haine ?

octobre 2015

#Divers

Les démocraties sont confrontées au dilemme suivant : faut-il limiter la liberté d’expression pour assurer l’égalité des citoyens ? Si la liberté d’expression est constitutive de la démocratie, les discours de haine menacent l’égalité de statut des citoyens appartenant au groupe dénigré. La répression des discours de haine est donc justifiée par la liberté d’expression réellement égale pour tous, ce qui impose une appréciation fine du contexte sociohistorique.

Que doit faire un État démocratique lorsqu’un comédien regrette dans ses spectacles que tous les juifs n’aient pas été exterminés lors de la Seconde Guerre mondiale ? Quand un ministre affirme lors d’une réunion publique que « lorsqu’il y a un Arabe, ça va, c’est lorsqu’il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes » ou qu’une ministre noire est représentée sur les réseaux sociaux sous les traits d’un singe ? Lorsque les murs d’une mosquée sont recouverts de l’inscription « À mort les musulmans » ou qu’un hebdomadaire titre en une « Roms : l’overdose » ? Ces actes expressifs relèvent tous, malgré des contenus, des formes et des circonstances différents, de la catégorie des « discours de haine »

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !