Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

La Grande Poste d’Alger / Wikimedia Commons, Massicilia
La Grande Poste d'Alger / Wikimedia Commons, Massicilia
Dans le même numéro

La ville absente

janvier 1995

Trente ans après l'indépendance de l'Algérie, Abdenour Djellouli évoque Alger, et la manière dont ses habitants n'ont pas réussi à se réapproprier l'espace laissé vacant par le départ des pieds-noirs. L'inconscience des architectes et des politiques réunis a favorisé la naissance de banlieues et de villes artificielles et sans esthétique. C'est le deuxième traumatisme : celui de l'espace et de la ville.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
La ville absente