Dans le même numéro

Qu'est-ce que la pensée postcoloniale? (Entretien)

décembre 2006

#Divers

Les failles de l’universalisme européen, confronté en particulier à son histoire coloniale, ont nourri différents types de critiques de l’Occident. En quoi le courant « postcolonial » apparaît-il original ? Sa constitution d’emblée transnationale et éclectique lui permet d’associer la tradition anti-impérialiste, les nouvelles subaltern studies et une lecture de la mondialisation.

Esprit – Pouvez-vous nous présenter l’école de pensée dite « postcoloniale » ? Elle est présente en Afrique, en Inde, en Grande-Bretagne, en Australie, aux États-Unis, mais peu en France. Pouvez-vous nous présenter sa substance, ses moteurs ? En quoi se distingue-t-elle notamment de mouvements de réflexions anti-occidentaux ou tiers-mondistes ?

Achille Mbembe – La configuration intellectuelle connue dans le monde anglo-saxon sous le vocable d’« études postcoloniales » ou de « théorie postcoloniale » se caractérise par son hétérogénéité, et il est difficile de résumer en quelques mots ce qui en constitue l’originalité.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Achille Mbembe

Professure d'histoire à l'Université Witwatersrand de Johannesburg et spécialiste de l'Afrique et du post-colonialisme, Achille Mbembe a récemment publié Politiques de l'inimitié (La Découverte, 2016).

Dans le même numéro

De quel "legs colonial" parle-t-on ?
Une ville postcoloniale : Kinshasa
Mémoires d'empire et cultures transnationales