Dans le même numéro

L’aveuglement au désastre. Le cas des crises financières (entretien)

mars/avril 2008

#Divers

Les crises financières se suivent et se ressemblent. On les découvre pourtant, quand elles arrivent, de manière soudaine, comme si elles étaient tout à fait inattendues ! Pourquoi des crises répétées paraissent-elles toujours imprévisibles ? Bien qu’elles apparaissent comme un trait caractéristique de l’économie contemporaine, on n’accorde pas assez d’attention à ce qu’elles révèlent du fonctionnement des marchés.

Esprit – L’affaire des subprimes intervient après une série de crises financières des années 1990 et du tournant 2000 – crise immobilière au Japon, bulle internet, crise asiatique... – qui a montré la place désormais centrale de la finance dans l’économie mondiale. Le paradoxe d’une telle crise est qu’elle surgit de manière inattendue, comme une surprise, alors qu’il semble rétrospectivement possible de la situer dans la continuité de phénomènes précédents et dans une lecture d’ensemble de l’évolution du capitalisme. En outre, les mécanismes de la crise relèvent d’une description qui n’a rien d’inédit. Comment une crise peut-elle être inattendue tout en obéissant à des mécanismes qui se répètent ?

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

André Orléan

Économiste, André Orléan est actuellement directeur de recherche au CNRS et directeur d'études de l'EHESS. Il est également Président d'honneur de l'Association Françaises d'Économie Politique (AFEP) et membre de l'association Les Économistes Attérés depuis sa fondation en 2011.   Il a notamment publié L’empire de la valeur. Refonder l’économie (Seuil, 2011) qui a reçu le Prix Paul Ricœur,  Le

Dans le même numéro

Désastre humanitaire et sécurité humaine
Crises financières : l'aveuglement au désastre
La grippe aviaire : une catastrophe annoncée ?
Tchernobyl et l'invisibilité du mal
Ce que l'apocalypse vient faire dans l'histoire