Photo : André François McKenzie
Dans le même numéro

La communauté Bitcoin

juil./août 2019

Selon l’approche institutionnaliste, la monnaie est avant tout un lien social, dont le fondement n’est pas dans l’État, mais dans la communauté de paiement, ce que confirme le bitcoin.

Aujourd’hui comme hier, la question monétaire est au cœur de nos interrogations et de nos débats. Il n’y a pas lieu de s’en étonner dans la mesure où la monnaie occupe une place centrale au sein de l’armature institutionnelle qui règle notre vie collective. Cette position privilégiée s’illustre de manière exemplaire lors des grandes ruptures socio-politiques que connaissent périodiquement nos sociétés par le fait que la reconfiguration de la norme monétaire y joue un rôle structurant. Autrement dit, mutation politique et mutation monétaire vont de pair. Elles prennent appui l’une sur l’autre pour se consolider et ­s’imposer. À cet égard, le cas allemand est très parlant qui a connu, en moins de quatre-vingts ans, les trois monnaies suivantes : le Mark en 1871, le Reichsmark en 1924 et le Deutsche Mark en 1948, chacune porteuse d’une nouvelle souveraineté. Cela ne fait guère de doute pour le Mark dont l’instauration en 1871 parachève la promulgation du IIe Reich dans la galerie des Glaces du château de Versailles. La même évidence s’impose pour le Deutsche Mark dont la création, le 20 juin 1948, constitue le véritable acte de naissance de la République fédérale ­d’Allemagne, avant m&

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

André Orléan

Économiste, André Orléan est actuellement directeur de recherche au CNRS et directeur d'études de l'EHESS. Il est également Président d'honneur de l'Association Françaises d'Économie Politique (AFEP) et membre de l'association Les Économistes Attérés depuis sa fondation en 2011.   Il a notamment publié L’empire de la valeur. Refonder l’économie (Seuil, 2011) qui a reçu le Prix Paul Ricœur,  Le

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?