Dans le même numéro

Enquête

mars/avril 2014

#Divers

Donnons d’abord la parole à Daniel Lindenberg. Historien des idées, sensible aux transferts conceptuels d’un univers géographique à l’autre, il rappelle l’importance de la grande tradition russe qui se manifeste simultanément sur les plans intellectuel, littéraire et philosophique. Faut-il s’en étonner ! Le nihilisme russe, qui ne cesse de s’opposer à l’Europe et à l’esprit occidental au nom d’une autre spiritualité, oscille entre la prise en compte de la vacuité du monde et la nécessité de le renverser, et donc de faire la révolution. Le nihilisme se montre ici biface : il associe une force négative et une force active, un mélange qui a vite fait de produire de la violence contre soi et contre les autres. Dans cette configuration, la dimension politique du nihilisme est mise en avant, ce qui ne doit pas faire oublier la volonté de peintres russes comme Kandinsky ou d’un courant comme le suprématisme de représenter l’irreprésentable, à savoir le vide1. Dans la plupart de ces cas, la gnose joue un rôle décisif en raison de sa radicalité (si l’univers a été créé mauvais, il faut le renverser2).

Daniel Lindenberg

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

BRAGUE Rémi

GRAMONT Jérôme (de)

Olivier Abel

Professeur de philosophie éthique à l’Institut Protestant de Théologie-Montpellier, après avoir enseigné au Tchad et à Istanbul, puis à Paris de 1984 à 2014, où il a créé le Fonds Ricœur. Il a notamment écrit sur la philosophie morale et politique de Calvin, Milton et Bayle et publié récemment Le vertige de l’Europe, Genève, Labor et Fides, 2019.…

Daniel Lindenberg

Historien, ses travaux de prédilection portent sur l'histoire des idées politiques et les controverses intellectuelles. Son livre sur le Marxisme introuvable (Paris, Calmann-Lévi, 1975) a participé d'une relecture de la place du marxisme dans les idées politiques en France. Il a consacré de nombreuses études aux interférences et aux croisements entre visions religieuses et idées poitiques,…

Jean-Loup Thébaud

Jean-Loup Thébaud est philosophe, il a notamment travaillé sur Jan Patocka et Hans-Georg Gadamer. Il a publié une discussion avec Jean-François Lyotard, Au juste (Paris, Christian Bourgois, 2006).

Dans le même numéro

Obsession des valeurs, triomphe du rien

1914-2014: une histoire européenne

Religions et nihilisme: adversaires ou complices?

Entretien avec Jean-Luc Nancy