Photo : La vie est un long fleuve tranquille (E. Chatillez) DR
Dans le même numéro

Le bruit et l’odeur

Dans les comédies populaires récentes du cinéma français, les oppositions de classe se résolvent de manière consensuelle ou sont éclipsées par des oppositions ethniques qui peuvent renforcer les stéréotypes.

1988. Dans une même ville du Nord, deux familles. Les Groseille affichent les signes extérieurs du prolétariat : obésité, vulgarité, appât du gain. Enfin, ce qu’un certain imaginaire des inégalités considère comme les traits caractéristiques des pauvres. Plus loin, dans un quartier bien différent, les Le Quesnoy présentent une image caricaturale de la bourgeoisie catholique : bondieuserie, obséquiosité, charité bien ordonnée. D’un côté, des chômeurs qui doivent bénéficier des allocations, de l’autre, une bourgeoisie moyenne qui ne roule pas sur l’or mais tient son rang. S’ajoute une ribambelle d’enfants dont deux, échangés à la naissance, grandissent dans un milieu qui n’aurait pas dû être le leur. Premier film d’un ex-publicitaire, Étienne Chatiliez, La vie est un long fleuve tranquille reçoit un accueil enthousiaste à sa sortie. La question qu’il pose importe en effet à la France de cette fin de siècle : «les bruits et les odeurs» des deux familles feront-ils obstacle lorsqu’elles seront amenées à se rapprocher ? D’un côté, la mob’, le parler fort, le maquillage outrancier, de l&rs

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements ; ou si vous avez déjà un abonnement, vous pouvez vous connecter ici.

Carole Desbarats

Pour avoir accompagné plusieurs générations d'étudiants à la Femis, Carole Desbarats s'intéresse à tous les aspects du cinéma, de son économie à son esthétique. Elle s'interroge aussi sur les responsabilités de la transmission, dans l'école et en dehors de l'école, notamment à travers l'association...

Dans le même numéro

Alors que l’efficacité des aides sociales est aujourd’hui contestée, ce dossier coordonné par Anne Dujin s’interroge sur le recul de nos idéaux de justice sociale, réduite à l’égalité des chances, et esquisse des voies de refondation de la solidarité, en prêtant une attention particulière aux représentations des inégalités au cinéma et dans la littérature.