Anne Dujin - Crédits : Revue Esprit, sept. 2018
Dans le même numéro

L'imaginaire des inégalités. Introduction

Il faut s’interroger sur le recul des idéaux de justice sociale, réduite à l’égalité des chances, et esquisser des voies de refondation de la solidarité, en prêtant une attention particulière aux représentations des inégalités au cinéma et dans la littérature.

Dans un article intitulé « L’initiative », dans lequel il interrogeait la possibilité pour l’action humaine de faire advenir quelque chose de véritablement nouveau, le philosophe Paul Ricœur écrit : «Si l’on admet qu’il n’est pas d’histoire qui ne soit constituée par les expériences et les attentes d’hommes agissant et souffrant, on implique par là même que la tension entre horizon d’attente et espace d’expérience doit être préservée pour qu’il y ait encore histoire[1].» Or cette capacité de mise en rapport de l’expérience et de l’attente, cette tension nécessaire au mouvement même de l’histoire, a chez Ricœur un nom : celui d’imagination.

L’imagination désigne cette faculté «non seulement individuelle mais collective» qui nous permet de nous situer dans l’histoire, c’est-à-dire de «relier nos attentes tournées vers le futur, nos traditions héritées du passé et nos initiatives dans le présent[2]». L&rsquo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Anne Dujin

Anne Dujin est politiste de formation. Après avoir travaillé comme chercheuse au CRÉDOC, elle se tourne vers les revues et le journalisme d’idées. Elle a collaboré au supplément « Idées » du Monde. Elle est également poète : voir son recueil L'ombre des heures (L'herbe qui tremble, 2019).

Dans le même numéro

Alors que l’efficacité des aides sociales est aujourd’hui contestée, ce dossier coordonné par Anne Dujin s’interroge sur le recul de nos idéaux de justice sociale, réduite à l’égalité des chances, et esquisse des voies de refondation de la solidarité, en prêtant une attention particulière aux représentations des inégalités au cinéma et dans la littérature.