Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Kaboul, Afghanistan · Photo : Mohammad Rahmani via Unsplash
Dans le même numéro

L’Asie centrale face aux talibans

janv./févr. 2022

La prise de pouvoir des talibans en Afghanistan a mis les États d’Asie centrale face au dilemme de collaborer ou non avec ce nouveau gouvernement. Si la plupart font preuve de pragmatisme et privilégient leurs intérêts économiques, le Tadjikistan se montre ouvertement hostile envers le régime.

Quelques mois après leur fulgurante prise du pouvoir à Kaboul, les talibans continuent à susciter de vives interrogations dans le monde et particulièrement auprès de leurs voisins régionaux et des puissances que sont la Russie et la Chine, qui se partagent des ambitions « impérialistes » dans la zone. Anciennes Républiques soviétiques, les États d’Asie centrale, dont trois frontaliers de l’Afghanistan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan, semblent être parmi les plus concernés au sein de la communauté internationale pour faire face aux défis à venir.

Conscients de la difficulté à rétablir la sécurité intérieure en Afghanistan et des impasses du gouvernement taliban, ils connaissent le risque de déstabilisation de leur région mais se divisent sur la question de la collaboration avec les talibans. Le groupe des « pragmatiques », constitué par le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Kirghizistan et le Kazakhstan, veut poursuivre les relations économiques à tout prix. Seul le Tadjikistan ne semble pas faire confiance aux talibans. Quant à la reconnaissance officielle du nouveau gouvernement de l’Émirat islamique d’Afghanistan, aucun des États d’Asie centrale ne s’y est encore risqué, ce qui ne les empêche pas d’échanger des délégations, ni de discuter d’un futur économique commun.

Entre crainte et pragmatisme

Les quatre voisins au nord de l’Afghanistan ont opté pour une position « pragmatique ». Soucieux de ne pas nuire à leurs intérêts économiqu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Catherine Poujol

Professeure d’histoire et de civilisation de l’Asie centrale à l’Institut national des langues et civilisations orientales, elle a notamment publié L’Asie centrale. Au carrefour des mondes (Ellipses, 2013).

Dans le même numéro

Comment écrire l’histoire des marges ? Cette question traverse l’œuvre de Michel de Certeau, dans sa dimension théorique, mais aussi pratique : Certeau ne s’installe en effet dans aucune discipline, et aborde chaque domaine en transfuge, tandis que son principal objet d’étude est la façon dont un désir fait face à l’institution. À un moment où, tant historiquement que politiquement, la politique des marges semble avoir été effacée par le capitalisme mondialisé, l’essor des géants du numérique et toutes les formes de contrôle qui en résultent, il est particulièrement intéressant de se demander où sont passées les marges, comment les penser, et en quel sens leur expérience est encore possible. Ce dossier, coordonné par Guillaume Le Blanc, propose d’aborder ces questions en parcourant l’œuvre de Michel de Certeau, afin de faire voir les vertus créatrices et critiques que recèlent les marges. À lire aussi dans ce numéro : La société française s’est-elle droitisée ?, les partis-mouvements, le populisme chrétien, l’internement des Ouïghours, le pacte de Glasgow, et un tombeau pour Proust.