Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

L'accord entre l'­Union européenne et la Turquie : un jeu de dupes?

mai 2016

#Divers

Le 4 avril 2016, l’accord entre l’Union européenne et la Turquie sur la réponse à la crise des réfugiés a pris effet. Il vient compléter un paysage d’accords bi- et multilatéraux que l’Union européenne a signés avec ses voisins du Sud, transformant ceux-ci en gardes-frontières pour l’Europe en échange de compensations diverses. Mais cet accord est d’une nature bien particulière.

Depuis 2014, l’Europe est cernée par des pays en crise et en proie à des guerres civiles sur le pourtour sud-méditerranéen (Libye, Syrie, Irak) et plus loin (corne de l’Afrique), qui ont conduit des flux de demandeurs d’asile d’une ampleur inégalée vers l’Europe et ailleurs, au Sud également. 1 255 640 migrants ont déposé une demande d’asile au sein de l’Union européenne en 2015, et 625 000 en 2014. Lors des pics précédents, dans les années 1990 par exemple, au lendemain de la chute du mur de Berlin, ces chiffres avaient atteint 500 000 demandes par an. Les autres années, le volume moyen était de 220 000 dossiers par an. Les révolutions arabes de 2011, en Tunisie, en Libye ou en Égypte, n’avaient pas entraîné de vagues de départs vers l’Europe, et personne n’avait anticipé que le régime syrien allait se maintenir par tous les moyens, et la guerre s’installer, poussant 4, 7 millions de Syriens à quitter leur pays po

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Catherine Wihtol de Wenden

Spécialiste des migrations internationales, directrice de recherche émérite au CNRS et enseignante à l'Institut d'études politiques de Paris (CERI, Sciences Po), elle a publié de nombreux ouvrages et mené de nombreuses enquêtes sur les flux migratoires, légaux et illégaux. Elle est notamment l'auteur de La question migratoire au XXIè siècle: migrants, réfugiés et relations internationales (Paris,…

Dans le même numéro

Nous sommes fatigués du Moyen-Orient : nous ne le comprenons plus, nous ne voulons plus y intervenir, et nous nous replions sur nous-mêmes face à l’afflux de réfugiés. Le dossier, coordonné par Hamit Bozarslan, propose un éclairage historique, sociologique et politique sur les crises qui défont et recomposent le Moyen-Orient, en particulier la tragédie syrienne.