Dans le même numéro

Révolutions arabes et migrations

août/sept. 2011

#Divers

Schengen face aux accords bilatéraux de contrôle des frontières

Les révolutions survenues sur la rive sud de la Méditerranée en Tunisie et en Libye n’ont pas manqué de susciter des discours alarmistes sur le risque migratoire qu’elles comportaient pour l’Europe. Dans son discours télévisuel du 27 février 2011, le président Sarkozy, tout en saluant ces « révolutions arabes », a fait état des éventuelles dérives qu’elles comportaient en matière de migrations et d’islamisme. Il a indiqué que ces révolutions pourraient avoir des conséquences majeures sur « les flux migratoires devenus incontrôlables et sur le terrorisme », ajoutant que « c’est toute l’Europe qui serait en première ligne ». Depuis lors, les médias n’ont cessé de s’interroger sur le lien existant entre la révolution à l’intérieur de ces pays et les mouvements migratoires qui pouvaient en résulter, bien qu’il soit rare de voir des révolutionnaires quitter leur pays sans en attendre les retombées en matière de libertés et d’égalité.

En avril 2011, quand l’Italie a annoncé la délivrance de titres de séjour « à titre humanitaire » aux « citoyens de p

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Catherine Wihtol de Wenden

Spécialiste des migrations internationales, chercheur au CNRS, elle a publié de nombreux ouvrages et mené de nombreuses enquêtes sur les flux migratoires, légaux et illégaux. Elle est notamment l'auteur de La question migratoire au XXIè siècle: migrants, réfugiés et relations internationales (Paris, Presses de Sciences Po, 2010) et de Les nouvelles migrations: lieux, hommes, politiques (Paris,…

Dans le même numéro

Les paysages de Claude Lévi-Strauss

L'anthropologue, l'espace habité et la mondialisation

De la déception politique à l'écologie négative

Tristes tropiques, le Brésil et l'islam