Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Rod Long
Dans le même numéro

La coopération équitable dans le temps

La justice intergénérationnelle émerge face à aux manquements des générations passées (dette publique, dérèglement climatique…). Suivant l’exemple d’une crèche associative, différentes théories de la justice soulignent la dette des vivants pour les générations futures, mais répartissent différemment les contributions dans le temps.

L’objet principal de la justice intergénérationnelle est de définir les modalités d’une coopération équitable entre des groupes de personnes nés à des périodes distinctes. De nombreux enjeux contemporains sont concernés : environnementaux, d’une part, ayant trait en particulier à la répartition des contributions nécessaires pour limiter le réchauffement climatique ou préserver la faune, la flore ou les ressources naturelles, au niveau mondial, entre vivants et dans le temps ; sociaux, d’autre part, avec les débats autour de la légitimité de la dette publique, des niveaux de cotisations que les contribuables successifs sont censés accepter au nom de la pérennisation des systèmes de protection sociale. Ces enjeux se recoupent bien souvent, lorsqu’il s’agit d’appréhender les conséquences sociales dans le temps présent de politiques destinées à limiter les dégradations de l’environnement dans le futur – par exemple, l’arrêt d’industries polluantes conduisant de nombreux travailleurs au chômage.

Certains éléments doivent être précisés au préalable. Le terme de « génération », tout d’abord, est ambivalent. Il renvoie à des classes ou catégories d’âges : les générations constituent dès lors des groupes de personnes nés à des périodes différentes, mais qui coexistent dans le temps présent. Le terme de génération renvoie également à des groupes d’individus qui vivent à des périodes ou époques distinctes, même s’ils peuvent coexister durant une période donnée. Les gé

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Cédric Rio

Docteur en philosophie, chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs (Cnrs/Ehess/Ens), il est l’auteur de Justice sociale et générations. Pourquoi et comment transmettre un monde plus juste (Presses Universitaires de Rennes, 2015).

Dans le même numéro

Comment se fait aujourd’hui le lien entre différentes classes d’âge ? Ce dossier coordonné par Marcel Hénaff montre que si, dans les sociétés traditionnelles, celles-ci se constituent dans une reconnaissance réciproque, dans les sociétés modernes, elles sont principalement marquées par le marché, qui engage une dette sans fin. Pourtant, la solidarité sociale entre générations reste possible au plan de la justice, à condition d’assumer la responsabilité d’une politique du futur. À lire aussi dans ce numéro : le conflit syrien vu du Liban, la rencontre entre Camus et Malraux et les sports du néolibéralisme.